Tag Archives: parent

Au matin du 9 novembre…

9 Nov

Au matin du 9 novembre…

Ce matin, au petit déjeuner, je lui ai dit: « Trump a gagné. Trump est le nouveau président des États-Unis. » Elle m’a regardée, avec ses grands yeux bleu-vert, d’un air inquiet, déconfit. « Maman, ce n’est pas possible! Ce n’est pas vrai ? »

J’aurais aussi aimé que ce soit une mauvaise blague. Elle n’a évidemment pas suivi toute la campagne et ne sait pas non plus tout ce que représente Trump, tout ce que représente ce vote. Elle n’a que 11 ans. Nous avons parlé de son comportement intimidateur, de ses propos qui vaudraient une suspension à n’importe quel élève de son école.

J’ai voulu poursuivre la discussion, mais n’en ai pas été capable. Je me suis demandée par où commencer. Sa vision des femmes? Fallait-il lui expliquer qu’il les considère comme des objets et que le nouveau président des États-Unis a dit d’elles:  » Grab them by the pussy « ? Peut-on dire ça à une fillette de 11 ans?

Je suis canadienne et métissée, fille d’un père immigrant haïtien, je vis avec un immigrant français et nous vivons au Québec. À elle seule, notre petite famille représente un beau mélange planétaire. Faut-il lui dire que les Américains ont choisi un président qui tient des propos racistes? Que les difficultés que vivent les Noirs et d’autres minorités ethniques ou religieuses aux États-Unis pourraient bien s’accentuer avec une montée de l’intolérance et de la xénophobie?

Dois-je lui parler de la planète que nous lèguerons à sa génération alors que le leader d’une des plus grandes puissances économiques de ce monde croit que le réchauffement climatique n’est qu’une invention des Chinois et que ses manifestations ne sont que les aléas de la météo? Et que, plutôt que de développer des énergies vertes et durables, il propose de relancer l’industrie du charbon, ainsi que l’exploration pétrolière et gazière? Peut-on dire tout ça à un enfant au petit déjeuner?

J’ai choisi de la laisser découvrir ces choses à petites doses, à mesure que se tisserait l’actualité américaine du gouvernement Trump.

En voiture pour l’école, elle m’a dit:
« Maman, pour devenir président, ça ne prend rien de spécial?
– Non, lui dis-je. Aux États-Unis, il faut être né aux États-Unis. Au Canada, tout citoyen canadien peut devenir premier ministre.
– …
– Et il faut avoir 18 ans.
– Ha! C’est ça!
– Tu veux devenir premier ministre?
– Je ne suis pas Américaine, donc je ne pourrais pas être présidente des États-Unis, mais peut-être ici, au Québec ou au Canada. Il y a tellement à faire maman, tellement…  »

Elle a pris sa petite boîte à lunch, m’a embrassée et est partie pour l’école.
Au matin du 9 novembre, ses idéaux sont intacts.

(2016)

Petite bulle de bonheur

4 Nov

Petite bulle de bonheur

Dans ces jours où l’automne s’efface doucement, où la froidure et la noirceur gagnent à chaque instant un peu sur notre moral, je me terre dans mon bureau et travaille. Lors de petites pauses où mon esprit divague, j’ai l’impression d’entendre, dans un écho lointain et délicat, le rire ensoleillé de mes enfants jouant dehors.

Comme si le temps se tordait, je suis aspirée dans les dernières chaudes journées de l’automne 2015, alors que l’été ne voulait plus nous quitter et que nous continuions de nous languir dans cette chaleur agrémentée du voile chatoyant des couleurs automnales. Mon Petit Coeur n’avait alors que 21 mois. Nous faisions des bulles, dans la cour. « Encore maman! », lançait-elle en riant. À pleins poumons, à plein bonheur, je soufflais et gonflais des bulles de savon. Sans répit, avec une joie qui ne se tarit pas, elle courait et sautait derrière chacune pour les attraper. Et elle riait, haut et fort. Sans relâche, avec un plaisir jamais altéré, elle recommençait sa course, ses sauts, sa poursuite des bulles de savon. Et je me suis dit que c’était sans doute ça, le bonheur. Que cela. Réussir à vivre ce plaisir simple, entier et naïf dans l’atteinte d’une bulle de savon. Peu importe qu’on l’attrape ou pas, cette bulle. Le plus grand des plaisirs résidait dans sa poursuite.

Cette année encore, durant les belles journées de l’automne, nous avons fait le même jeu. Et dans la beauté de l’enfance, Petit Coeur s’est élancée avec le même entrain et le même rire derrière les bulles. Le vent les balançait, les ballottait. Et elle courait. Le soleil y faisait luire des reflets parfois bleus, parfois roses. La magie était la même. Le bonheur encore palpable. J’avais de l’admiration pour sa capacité à s’émerveiller toujours autant devant les bulles de savon. Je me suis promis de ne pas l’oublier et de prendre exemple sur ces deux petites années et demi d’existence.

Parce qu’en fait, ce n’est pas comme si c’était la dernière, qu’il nous faudrait vivre chacune de nos journées, mais bien comme si c’était la toute première. Encore et encore. C’est ainsi seulement, que l’on conserve une capacité d’émerveillement devant la vie et sa beauté. Il me semble…

 (2016)

Dessiner avec la farine

19 Mar

Dessiner avec la farine

Il y a certaines expérimentations, avec les petits enfants, qui sont des sources intarissables d’émerveillement, tandis que d’autres sont… de véritables fiascos! C’est la seconde situation qui fut la mienne lorsque j’ai voulu initier mon Petit Coeur au dessin.

J’avais lu, dans un livre destiné aux parents de jeunes enfants, qu’une méthode intéressante pour les initier au dessin était de dessiner avec de la farine. « Quelle bonne idée! » ai-je pensé. La farine est douce au toucher, elle stimule donc plus d’un sens à la fois, elle n’est pas tachante et ça ne coûte rien! Il n’en fallait pas plus pour me convaincre.

Nous nous sommes donc installées, mon Petit Coeur et moi, sur le plancher de céramique de la cuisine, qui m’a semblé plus facile à nettoyer que le plancher de bois et ses nombreux interstices. Sous l’oeil attendri de papa, ma petite s’essied derrière un plateau sur lequel j’avais pris soin d’étendre la farine. Je lui explique, doucement, qu’elle va prendre son petit doigt et faire des dessins, comme ça. Et je trace un petit trait dans la farine. Ils comprennent tellement de choses, les petits, que je pensais gagner en clarté en commençant mes explications durant l’installation. Mais, sitôt le plateau à sa disposition, elle n’a fait ni une ni deux et l’a levé au-dessus de sa tête! Pouf! Envolée, la séance d’art!

Déjà lassée de mon jeu trop court (Quel jeu? On a fait quelque chose?), mon Petit Coeur s’est aussitôt levée et est partie déambulant, de son petit corps enfariné, dans le reste de la maison. Résultat: de la farine partout!

Je crois que dessiner dans la farine peut être un jeu intéressant, mais il est faux de croire qu’on peut le faire avec un enfant d’un an. À retenir et réessayer plus tard… Parce que, quand même, ça peut donner de beaux résultats quand on sait y faire!

 

 

Psst! Surtout, n’oubliez pas de refermer la porte du placard après! Voyez ce qui est arrivé à cette maman!

Photo: Christian Leichsenring

(2015)

De blogue et autres projets

5 Nov

De blogue et autres projets

Mon congé de maternité tire maintenant à sa fin…
Finies les grasses matinées avec bébé, finies les journées à se faire des câlins et à s’émerveiller devant ce miracle de la vie!

On le dit tout le temps, mais on ne le dira jamais assez: ça passe vite!

Un pied dans le bureau pour le retour au travail, un pied encore dans la maison pour rester avec les enfants: plutôt que d’être écartelée entre deux mondes et deux désirs, j’ai pensé joindre l’utile à l’agréable. Ainsi, j’ai décidé de conjuguer mes activités professionnelles avec certains plaisirs maternels, comme celui de bloguer « maternité et jouets » pour la boutique Griffon, située à St-Sauveur. C’est une belle boutique avec des jouets de qualité. J’ai aimé la boutique, fait la connaissance des propriétaires et, de fil en aiguille, l’idée de cette collaboration est née. Vous pourrez donc lire mes billets, parmi d’autres billets de la boutique, dans la section blogue du site. Je compte aussi en reproduire certains ici, question de vous garder au fait d’un peu tout!

Quand je pense à la maternité, je pense aussi à la performance des mamans, à cette course interminable que sont repas, devoirs, activités, travail, etc. Il est donc probable que j’intègre, petit à petit, des moments de loisirs et bien-être dans ce blogue, des soupapes qui seront les miennes et que je partagerai avec vous.

Est-ce la fin des billets technos? Est-ce la fin de l’intérêt porté à l’immigration et à l’intégration? Non!

Vous trouverez toujours, ici, un reflet de mes intérêts divers, des projets qui m’animent et l’ajout de certaines sphères ne signifie pas pour autant l’élimination des précédentes.  On agrandit la famille, dans la vie comme sur le blogue!

Pour le moment, alors que la vie se déploie devant moi et que je suis grande ouverte à toutes ses possibilités, je vous invite à venir faire votre tour ici régulièrement et à me suivre dans ma nouvelle aventure Griffon!

Au plaisir d’échanger avec vous!

GriffonLogo

Bio de Marie-Eve-Lyne sur le site de la boutique Griffon: ici

(2014)